Quelle Vitesse Peut Atteindre (Légalement ou Pas) un Vélo Électrique ?

Si vous êtes intéressé par un vélo électrique, c’est sans doute (entre autre) pour sa vitesse.

En effet, en plus de ne pas avoir à fournir d’effort en montée, un vélo électrique est censé permettre d’aller vite et de réduire le temps de trajet entre son logement et son travail.

Alors, quelle vitesse un vélo électrique peut-il vraiment atteindre, quelles sont les lois en la matière, et comment augmenter la vitesse de son vélo électrique ?

Dans cet article, je vais répondre à chacune de ces questions pour que vous puissiez en savoir plus sur la vitesse d’un vélo électrique.

Quelle vitesse peut atteindre un vélo électrique ?

Bien qu’elle soit intéressante, cette question est à peu près aussi vague que demander : quelle vitesse peut atteindre une voiture ?

Eh bien, ça dépend de la voiture !

Une Aixam peut monter à 50 km/h environ, tandis qu’une Tesla Model S 250 km/h.

Pour les vélos électriques, c’est exactement la même chose. Certains ont des moteurs puissants et atteignent des hautes vitesses tandis que d’autres sont faits pour aller plus lentement.

À ce jour, l’un des vélos électriques les plus rapides au monde et disponibles à l’achat est le Stealth B-52, qui atteint une vitesse ridiculement élevée de 80 km/h.

Autant dire qu’à cette vitesse, un casque et des protections dignes d’une moto sont indispensables. Et si vous vous demandez à quoi ça ressemble de rouler à une vitesse pareille sur ce vélo, jetez donc un oeil à cette vidéo.

La vitesse, directement liée aux législations

Bon, vous savez maintenant qu’un vélo électrique peut rouler à peu près aussi vite qu’on le veut tant que le moteur est assez puissant. Et en fait, c’est bien là qu’est le problème : la puissance du moteur.

Imaginez-vous être le législateur d’un pays et voir arriver ces engins électriques capables d’aller aussi vite que des motos. Comment faire pour régulariser tout ça ?

L’option choisie par l’Union Européenne pour résoudre ce problème a été de limiter non seulement la puissance du moteur des VAE, mais également leur vitesse maximale.

Ainsi, la directive européenne en la matière indique qu’un VAE doit respecter les caractéristiques suivantes :

  • L’assistance électrique doit fonctionner uniquement au pédalage
  • L’assistance électrique doit se couper au-dessus de 25 km/h
  • Le moteur électrique doit avoir une puissance inférieure à 250 watts

Si un vélo respecte tous ces points, alors il est considéré au regard de la loi comme un VAE et il n’y a pas besoin de permis, d’assurance ni de casque pour rouler avec.

Pour tous les vélos ne respectant pas tous ces points, comme par exemple les vélos électriques plus puissants et rapides, le constructeur devra les faire homologuer en tant que cyclomoteurs. De plus, afin de rouler avec un cyclomoteur électrique, on est obligé d’avoir un permis, de porter un casque et d’être assuré.

Alors voilà, si vous avez déjà jeté un oeil aux vélos électriques disponibles à l’achat en magasin, c’est cette directive européenne qui est la raison pour laquelle quasiment tous les vélos électriques sont limités à 25 km/h.

Comment rouler plus vite à vélo électrique ?

Pour les utilisations urbaines sans pente élevée et à courte distance, la puissance et la vitesse des VAE est généralement suffisante, et vous vous dites peut-être que 25 km/h est une vitesse totalement suffisante pour vos besoins.

Cependant, pour de nombreuses autres utilisations, cette limite en vitesse et en puissance imposée par les législations est un vrai problème.

Imaginons par exemple un trajet de 10 kilomètres jusqu’à votre travail.

Si vous roulez à vélo avec une vitesse constante de 25 km/h, il vous faudrait 24 minutes pour atteindre votre lieu de travail. Et ça, c’est avec une vitesse constante de 25 km/h.

Autant dire qu’entre les feux rouges, les montées et la circulation autour de vous, votre vitesse moyenne tournerait plutôt autour des 20 km/h que des 25, ce qui augmenterait votre temps de trajet à un total de 30 minutes pour seulement 10 kilomètres de distance.

Dans le cas des personnes vivant dans des villes avec des grosses pentes, le problème devient non plus la distance mais surtout la puissance moteur.

En effet, 250 watts n’est pas une puissance très élevée comparé au poids du vélo et du cycliste combiné. Ainsi, alors qu’une des raisons principales de l’achat d’un vélo électrique est l’absence d’effort, les personnes devant monter de fortes pentes avec un moteur 250 watts sont obligées de faire pas mal d’effort pour arriver à destination.

Enfin, et c’est selon moi un facteur bien trop souvent oublié, il y a la question du fun.

Je ne sais pas vous, mais personnellement, quand je me déplace à vélo, j’ai envie que ce soit un plaisir et non pas une pénitence comme les déplacements en voiture peuvent si souvent l’être.

J’ai envie de sentir le vent sur mon visage et de pouvoir grimper n’importe quelle côté rapidement et sans effort.

J’ai envie que les gens, en me voyant, se disent : “wow, c’est vachement cool un vélo électrique en fait, regarde comme il a l’air de s’amuser” alors que je serai simpement en train de me rendre à mon travail.

Bref, les VAE respectant les régulations européennes sont pratiques dans certaines situations, mais dans d’autres, ils sont vraiment limités.

Si vous vous trouvez dans une situation où un VAE n’est simplement pas assez rapide ni puissant pour vos besoins, alors vous vous demandez sans doute s’il existe une solution.

La réponse est oui, et il en existe même plusieurs. Dans la suite de cet article, je vais vous présenter les principales d’entre-elles et vous expliquer comment faire pour augmenter la vitesse de votre vélo électrique.

Mais avant ça, je tiens juste à donner comme avertissement que les méthodes présentées ci-dessous ne sont pas forcément légales en fonction du pays dans lequel vous vous trouvez.

Toute modification effectuée à votre vélo est à vos propres risques, et vous devriez toujours veiller à respecter les lois du pays dans lequel vous vivez.

Bon, maintenant que l’avertissement est hors du chemin, laissez-moi vous montrer les différentes façons d’aller plus vite en vélo électrique.

1 - Débrider son vélo électrique

Beaucoup de vélos électriques européens disposent d’un moteur capable d’atteindre une vitesse supérieure à 25 km/h.

Cependant, comme les constructeurs souhaitent respecter les régulations européennes afin de pouvoir mieux vendre leurs produits, les moteurs sont souvent programmés pour se couper à partir de 25 km/h. On appelle ça : brider un moteur de vélo électrique.

Sur beaucoup de modèles de moteurs, il est possible d’annuler cette limitation de vitesse programmée. Et donc de débrider son vélo électrique.

Si cette solution vous intéresse, vous pouvez jeter un oeil à l’article que j’ai écrit sur le sujet.

2 - Acheter un vélo électrique hors de l’Europe

Surprise surprise, l’Europe n’est pas le seul continent du monde, et il est assez facile d’acheter des produits (même aussi lourds que des vélos) chez nos voisins de l’Est.

En effet, s’il y a bien un pays dans lequel la montée en popularité des vélos électriques entraîne de la compétition, c’est en Chine.

Ainsi, des dizaines d’entreprises s’y sont crées et s’y font actuellement compétition pour gagner un maximum de parts de marché. Parmi ces entreprises, les plus populaires à ce jour sont Addmotor et Cyrusher.

Je sais ce que vous vous ditez sans doute : “maaah Robin, c’est de la m*rde chinoise ça, nous on veut du solide !”

Le truc, c’est que la Chine est actuellement le leader mondial en construction de vélos électriques, et de très loin. Les vélos de marques comme Addmotor et Cyrusher se vendent partout dans le monde, et en particulier aux États-Unis comme on peut le voir sur l’Amazon USA.

Ah, et en Chine, il n’y a quasiment aucune régulation, donc les vélos ne sont pas bridés et leur puissance peut monter à 750 voire même 1000 watts.

Une bonne option pour avoir un vélo électrique rapide et sans bridage est donc de l’acheter en ligne via des e-commerces comme Aliexpress ou Amazon. J'ai d'ailleurs écrit un article que je garde constamment à jour dans lequel je regroupe les meilleurs vélos électriques du moment.

3 - Fabriquer son propre vélo électrique

Une troisième et ultime option, si vous souhaitez avoir un vélo électrique rapide, c’est de le fabriquer vous-même.

Bon, il ne s’agit pas ici de fabriquer le vélo vous-même de A à Z, ce serait bien trop compliqué et surtout une belle perte de temps. En fait, ce qu’on appelle “fabriquer son vélo électrique” consiste à prendre un vélo normal, et à le rendre électrique.

Pour ce faire, on lui ajoute :

  • Un moteur
  • Une batterie
  • Un accélérateur
  • Un contrôleur
  • Un lien entre le moteur et la roue

Trouver par soi-même tous ces éléments et s’assurer qu’ils sont tous compatibles les uns avec les autres est un beau cauchemar. Heureusement, il existe des kits de conversion électrique avec tout le matériel nécessaires ainsi que des instructions adaptées.

Ces kits ne comprennent généralement pas de batterie afin que vous puissiez choisir celle que vous voulez sur le côté. Quant à l’installation, elle prend environ 1 à 3 heures en fonction de si on est un bon bricoleur ou pas.

Pour que vous puissiez vous faire une meilleure idée de l’installation d’un de ces kits, voici l’une des rares vidéos en français sur le sujet.

Si vous possédez déjà un vélo qui vous plaît beaucoup et que vous n’avez pas envie d’en acheter un nouveau juste pour qu’il soit électrique, l’installation d’un kit électrique sur votre vélo actuel est une solution particulièrement intéressante.

De plus, certains kits contiennent des moteurs très puissants qui permettent d’atteindre 50 km/h, comme par exemple celui de Pasion EBike.

Si fabriquer vous-même votre propre vélo électrique est quelque chose qui vous intéresse, n’hésitez pas à lire l’article que j’ai écrit sur le sujet. J’y explique les différentes façons de le faire en donnant les avantages et les inconvénients de chacunes.

Conclusion

En conclusion, ce qu’il faut retenir de cet article est qu’en Europe, les vélos électriques sont limités en vitesse et en puissance suite aux législations de l’Union Européenne.

Pour se plier à ces réglementations, les constructeurs qui commercialisent leurs vélos en Europe mettent donc un place ce qu’on appelle un bridage de moteur qui le force à se couper à partir de 25 km/h.

Si vous souhaitez avoir un vélo électrique plus rapide que ça, trois options s’offrent à vous : débrider votre vélo électrique, acheter un vélo électrique hors de l’Europe, ou installer un kit électrique sur un vélo normal.

J’espère que cet article vous aura fourni des informations intéressantes. Si vous avez une remarque ou une question, n’hésitez pas à l’écrire dans les commentaires et je me ferai un plaisir d’y répondre.

À propos de l'auteur Paul Martin

Passionné par les nouvelles technologies et la mobilité électrique, j'ai créé Électrifiant.com avec pour but de partager mes recherches et mes trouvailles avec le web francophone.

  • Jeremy dit :

    Bah tout le site est parfait , cet article en particulier , mais tu as dû taper un peu vite ta dernière phrase. A moins que ce soit volontaire. 😉

    Bonne continuation

  • >

    Les 5 étapes pour créer un site profitable en 2018