Les 3 Meilleures Façons de Fabriquer Soi-Même son Vélo Électrique

Fabriquer vous-même votre vélo électrique, ça vous tente ? Car si oui, cet article risque de beaucoup vous intéresser.

Dans les paragraphes qui suivent, je vais vous expliquer plusieurs façons d’électriser un vélo classique, en vous donnant les avantages et les inconvénients de chacune de ces façons.

Vous vous demandez sans doute également combien coûte la fabrication de son propre vélo électrique. Ou quelle vitesse il est possible d’atteindre, ou encore si fabriquer son propre vélo électrique est légal.

Pour connaître la réponse à toutes ces questions, lisez donc la suite de cet article.

Les différentes façon de fabriquer son vélo électrique

Dans cette section, je vais vous présenter les façons les plus populaires pour fabriquer soi-même son vélo électrique. Pour chacune de ces façons, j’indiquerai les coûts ainsi que la difficulté d’installation et d’entretien.


1 - Kit Rool’in

  • Difficulté : facile
  • Prix : de 500 à 700€
  • Batterie comprise
Roue de vélo électrique Rool'In

La première façon de convertir son vélo normal en vélo électrique, et la plus simple, est d’utiliser un kit ultra simplifié comme celui de l’entreprise Rool’In.

La facilité d’installation de la Rool’In est définitivement son gros point fort. Cependant, on n’est quand même pas aux 5 minutes de temps d’installation que l’entreprise met en avant sur son site.

En vrai, le temps d’installation de la Rool’In est de 20 à 40 minutes en fonction de si on est plus ou moins à l’aise avec le bricolage. C’est plus que 5 minutes, mais ça reste bien moindre que le temps d’installation des autres kits disponibles sur le marché.

Il y a deux déclinaison de ce kit : la version connectée via Bluetooth et celle par câble.

Globalement, la seule chose qui différencie ces deux versions est la façon dont le capteur de vitesse communique avec la roue. Dans le cas de la version “Smart”, c’est via Bluetooth, et dans la version “Classique”, c’est par câble.

Très sincèrement, je trouve la version Bluetooth purement gadget. Le kit Rool’In est le seul à proposer cette technologie, et si tous les autres constructeurs ont choisi d'utiliser de bons vieux câbles plutôt qu’une connexion sans fil, c’est pour une bonne et simple raison : c’est meilleur.

Avec son kit Bluetooth, Rool’In a choisi d’accentuer encore plus qu’elle ne l’est déjà la facilité d’installation de sa roue. Cependant, comme pour le reste, cette mise en avant de la facilité vient avec des sacrifices.

Sur la version Bluetooth, on est obligé de se connecter à la roue avec son smartphone pour changer le niveau d’assistance. Sortir son téléphone, ouvrir l’application Rool’In, sélectionner le mode d’assistance, ranger son téléphone, puis enfin monter sur son vélo. À chaque fois qu’on veut l’utiliser.

N’oublions pas également les joies de la connexion Bluetooth, connue pour son instabilité et son faible niveau de sécurité. Avec la Rool’In, vous courrez le risque que quelqu’un prenne le contrôle de votre roue à tout moment étant donné que la sécurité est à peu près inexistante.

Un autre sacrifice qu’entraîne le concept ultra simplifié Rool’In, c’est que la batterie n’est pas amovible. En effet, celle-ci est directement intégrée à la roue, et si vous souhaitez la déplacer, il faut déplacer toute la roue avec.

À l’inverse des kits dont la batterie est aisément amovible, on est donc obligé de recharger la Rool’In où le vélo est situé, ce qui n’est pas forcément pratique si vous vivez en appartement.

La puissance et les fonctionnalités ne sont également pas comparables à celles que les kits plus complets proposent. Il faut fournir beaucoup d’efforts pour gravir les pentes fortes et, en descente, on ne bénéficie pas de la régénération d’énergie moteur.

Par contre, il faut avouer que l’autonomie de la batterie est correcte malgré qu’elle soit intégrée à la roue. Avec 9 Ampères, la roue tient 30 à 50 km sans avoir besoin d’être chargée.

La Rool’In a également l’avantage d’être légale puisqu’elle ne s’active que lorsqu’on pédale, que l’assistance se coupe à partir de 25 km/h et que le moteur ne dépasse pas 250 Watts. On peut donc emprunter les pistes cyclables et les routes publiques avec, contrairement aux kits plus puissants disponibles sur le marché.

Enfin, il est important de parler de l’encombrement que la roue entraîne. En effet, la roue est très pesante étant donné que la batterie s’y trouve. Vous avez donc une roue avant de 6 kg alors que la roue arrière n’en fait que 2, ce qui déséquilibre tout le vélo.

Globalement, la Rool’In a donc choisi de tout miser sur la facilité d’installation, et il est vrai que c’est de loin le kit le plus rapide et facile à mettre en place.

Cependant, cette facilité d’installation vient avec de très nombreux sacrifices. Trop nombreux, selon moi, pour que ce kit vaille vraiment le coût d’être acheté. La Rool’In est un concept très intéressant sur papier, mais peu pratique en réalité.

Les points forts

  • Facilité d’installation

Les points faibles

  • Pas de récupération d’énergie
  • Batterie peu pratique à charger
  • Prix élevé malgré la simplicité
  • Déséquilibre du vélo

Le verdict

La Rool’In est certes la façon de fabriquer son vélo électrique le plus facilement possible, mais trop de sacrifices ont dû être faits pour atteindre cette simplicité d’installation.

Je vous conseille donc de passer votre chemin, et de vous intéresser plutôt à des solutions plus complètes comme celles reprises dans la suite de cet article.

2 - Kit avec moteur à la roue

  • Difficulté : moyenne
  • Prix : de 350 à 500€
  • Batterie non comprise
Kit de conversion électrique avec roue

Se situant entre l’ultra simplification de la Rool’In et le niveau de difficulté normal des kits sur pédalier, les kits sur roue sont en général une bonne alternative pour électrifier son vélo sans trop de difficulté.

Ces kits reprennent différentes pièces qui permettent de fabriquer son vélo électrique en 3 à 5 heures.

Comme pour la Rool’In, il est important de choisir une taille de roue qui correspond à celle de votre vélo. Mais à l’inverse de la Rool’In, les constructeurs de kit sur roue proposent en général de nombreuses tailles, ce qui permet d’accommoder presque tous les modèles.

Alors, que contiennent ces fameux kits ? En général, ils reprennent tous les mêmes catégories de pièces qui sont indispensables à l’électrisation d’un vélo :

  • Une roue contenant un moteur
  • Un contrôleur
  • Des freins
  • Une gâchette pour accélérer
  • Un écran d’affichage
  • Un capteur de vitesse

Ainsi que tous les câbles qui vont avec ces pièces. Les câbles sont nombreux, ce qui peut être impressionnant et faire peur, mais les relier correctement n’est en fait pas très compliqué. Il suffit de s’armer de patience, prendre son temps, et avancer étape par étape.

De plus, la liaison des câbles d’un kit de conversion électrique est généralement simplifiée par le constructeur car chaque câble ne peut s’emboiter qu’avec la bonne pièce qui lui correspond. Ainsi, il n’y a aucune chance de se tromper et de faire une fausse manipulation.

En parcourant cette liste de pièces, vous avez peut-être remarqué l’absence d’un élément principal dans l’électrisation d’un vélo : la batterie.

Cette absence est en fait voulue, car les fabricants de kits préfèrent souvent laisser à l’acheteur le choix de sa batterie. Si vous le souhaitez, vous pouvez donc acheter votre kit chez un vendeur et votre batterie chez un autre.

En France, vous pouvez trouver des kits avec moteur dans la roue aux alentours de 500€. Actuellement, les entreprises Cycloboost et Ozo sont parmi les leader du marché.

Si vous voulez faire des économies, vous pouvez également acheter votre kit à un vendeur chinois sur une marketplace comme Aliexpress. Le kit de Pasion eBike par exemple, est à moins de 350€ et a reçu plus de 200 commentaires positifs.

Les kits avec moteur dans la roue sont vraiment une bonne solution pour fabriquer son vélo électrique. En fonction du kit que vous choisissez, vous pouvez opter pour un moteur simple et peu puissant de 250 watts capable d’atteindre 25 km/h, ou un monstre de 1500 watts qui monte à 60 km/h.

Puisque vous choisissez également vous-même votre batterie, vous pouvez décider de son ampérage et de son autonomie. Bref, ces kits permettent de véritablement électrifier un vélo selon ses préférences et ses besoins spécifiques.

3 - Kit avec moteur au pédalier

  • Difficulté : avancé
  • Prix : de 500 à 1000€
  • Batterie non comprise
Kit de conversion électrique au pédalier

La façon la plus complexe mais également la meilleure, techniquement parlant, pour fabriquer son vélo électrique, c’est avec un kit moteur pédalier.

Comme son nom l’indique, ce type de kit a son moteur non pas dans la roue mais au niveau du pédalier. Alors, qu’est-ce que ça signifie exactement comme différence par rapport à un kit moteur roue ?

Tout d’abord, ça signifie qu’un kit pédalier est plus complexe à installer. En effet, il va falloir remplacer le pédalier et s’assurer que le nouveau est compatible. Il va donc falloir regarder au couple moteur, au nombre de dents du pédalier, etc. Bref, si vous n’êtes pas à l’aise avec la bricole, le choix d’un kit pédalier est déconseillé.

En plus de la complexité accrue par rapport à un kit roue, un kit pédalier est également plus cher. En France, les prix varient entre 500€ pour les moins chers et 1000€ pour les plus puissants.

La différence est également technique. Lorsque le moteur se situe dans le pédalier, le plateau sur lequel vous êtes va directement influencer l’effet du moteur sur la rotation de la roue. À l’inverse, lorsque le moteur est dans la roue, peu importe que vous soyiez sur le premier, deuxième ou troisième plateau, le moteur délivre toujours la même puissance.

En général, le moteur pédalier est préféré par les personnes pratiquant le vélo en montagne ou souhaitant tout simplement le top du top en matière de vélo électrique. Car oui, lorsqu’un moteur pédalier est bien optimisé, il est capable de fournir plus de puissance qu’un moteur roue dans certaines situations.

Cependant, en utilisation standard comme par exemple pour se rendre à son travail ou pour le loisir, un simple moteur roue suffit largement.

Est-ce que fabriquer son propre vélo électrique est légal ?

Fabriquer, oui. Après tout, vous pouvez fabriquer à peu près ce que vous voulez chez vous légalement (sauf peut-être une bombe nucléaire).

Ce n’est pas tant la fabrication d’un vélo électrique qui est un problème légal, c’est son utilisation.

En effet, les vélos électriques sont soumis à des régulations européennes strictes qui imposent à tout vélo avec assistance électrique (VAE) de respecter ces trois règles :

  • Son moteur doit être limité à 250 watts de puissance
  • L’assistance électrique ne doit s’activer que lorsqu’on pédale (c’est-à-dire qu’il ne peut pas y avoir d’accélérateur)
  • L’assistance électrique doit se couper automatiquement à 25 km/h

Est-il possible de fabriquer son propre vélo électrique en utilisant un kit et qu’il respecte ces trois règles ? Totalement. Et c’est d’ailleurs ce que je vous recommande de faire si vous souhaitez limiter vos risques et respecter la loi.

Fabriquer un vélo électrique légal

Le gros avantage d’avoir un vélo électrique légal, c’est qu’il est considéré par la loi de façon similaire à un vélo classique. Vous pouvez donc emprunter les pistes cyclables avec, les routes publiques, et vous n’êtes pas obligé de l’assurer ni d’avoir un permis.

En théorie, vous n’êtes même pas obligé de porter un casque sur un VAE, mais c’est fortement conseillé. Même à seulement une vingtaine de kilomètres heure, il est possible de faire de sérieux accidents, surtout si on tombe sur la tête.

Si vous souhaitez profiter des avantages légaux d’un VAE, il faudra donc vous assurer de choisir un kit dont le moteur est limité à 250 watts et dont l’assistance se coupe à 25 km/h. Le kit de devra également pas contenir d’accélérateur.

Par contre, du côté de la batterie, vous pouvez choisir ce que vous voulez car il n’y a aucune limitation légale. L’unité de mesure la plus importante dans le choix d’une batterie est l’ampérage. Plus il est élevé, plus l’autonomie de la batterie est grande.

Fabriquer un vélo électrique à utilisation privée

Si vous aimez la vitesse et que vous souhaitez un vélo plus puissant que 250 watts, fabriquer son propre vélo électrique est l’une des meilleures solutions.

En effet, très peu de vélos disponibles à l’achat en Europe dépassent les limitations légales car il est difficilement rentable pour un constructeur de vendre un vélo électrique dépassant ces limites.

Acheter un vélo électrique qui ne respecte pas les limitations européennes est donc compliqué. Par contre, acheter et installer un kit qui ne respecte pas les limitations européennes est à peu près aussi simple que pour un kit qui les respecte.

Le prix est bien entendu différent, car plus le kit est puissant, plus il est cher, mais le processus d’installation est quasiment le même et la différence de prix n’est pas si grande que ça.

Si vous choisissez d’installer un tel kit de conversion électrique, en théorie, vous ne pouvez pas emprunter les voies publiques ni les pistes cyclables avec votre vélo, car celui-ci est considéré comme un cyclomoteur non homologué.

En pratique cependant, vous n’allez probablement pas vous limiter aux terrains privés lorsque vous utiliserez votre vélo. Et c’est compréhensible.

Même si votre vélo est capable d’atteindre 40 km/h, vous restez mille fois moins dangereux que n’importe quel conducteur de voiture. Votre vélo pèse 30 kg maximum, tandis qu’une voiture en fait 1500. En plus, vous ne rejetez aucun gaz d’échappement nocif pour la santé contrairement aux millions de moteurs diesel qui empoisonnent l’air des villes à longueur de journée.

En conclusion, si vous décidez d’emprunter la voie publique avec votre vélo électrique malgré qui ne respecte pas les limitations européennes, veillez juste à éviter les voies principales, à toujours porter un casque, et à montrer l’exemple d’une communauté de cyclistes électriques respectueuse.

À propos de l'auteur Paul Martin

Passionné par les nouvelles technologies et la mobilité électrique, j'ai créé Électrifiant.com avec pour but de partager mes recherches et mes trouvailles avec le web francophone.

  • Nena dit :

    Bonjour, pour les kits électroniques acheter sur aliexpress sont ils concerner par la subvention de la ville de Paris ?

  • Coppin dit :

    Merci vraiment pour cet article mais il manquait des vélos femme dans votre sélection…… Avez vous des conseils ?

  • LyseAnne dit :

    Connaissez-vous le vélo électrique Opus ? J’habite les Laurentides au Québec, avec nos pentes je me suis résolue à donner mon vélo, c’était trop difficile les monter mais avec un vélo électrique je pourrais en refaire. Merci de me répondre.

  • MiMi dit :

    Merci pour cet article et ton blog en général, il est super, et c’est très intéressant. Je parcours le web pour équiper mon VTC en VAE, alors tous les conseils sont bons à prendre.

  • >